jazz, blues & blog
Catégorie :
CORNET CHOP SUEY, les 2 versions
Lundi, 6 janvier, 2020 14:48     A+ | a-
Un blog ne vit que par la régularité de sa parution et la pertinence de son contenu, me dit-on. Bon, disons que sur le premier point je peux vraiment mieux faire. Une publication plus régulière de ce modeste blog fait partie de mes bonnes résolutions pour l’année qui vient. Pour la pertinence, à chacun de juger.
Aujourd’hui, parlons de Cornet Chop Suey ce fabuleux morceau de Louis Armstrong  enregistré pour OKeh en 1926. Oui, il y a presque cent ans ! Le jeune Louis nous offre un véritable feu d’artifice déployant son invention mélodique, sa technique, sa sensibilité … Tout cela est bien connu des amateurs de jazz, enfin je le pense.
 
Si je m’intéresse aujourd’hui à Cornet Chop Suey  c’est que je me suis procuré une réédition Columbia(1) des Hot Five et Hot Seven de l’époque particulièrement soignée dans l’ensemble. On est visiblement parti des enregistrements originaux pour les retravailler avec des techniques modernes.  Je dois dire que j’ai redécouvert ces enregistrements, me faisant largement oublier mes vieux LP VSOP, ou les rééditions en Classics. On peut trouver certains passages un peu « criards » mais les instruments ressortent avec netteté, particulièrement la batterie de Zutty Singleton pour les derniers enregistrements.
 
On a tellement poussé la perfection que deux versions de Cornet Chop Suey  sont proposées. Après un moment d’hésitation et en lisant le livret attentivement, je me suis rendu compte qu’il s’agissait du même morceau mais dans une tonalité différente : Mi bémol majeur (Eb) au lieu de Fa majeur pour la version « normale ».
Cornet Chop Suey en Fa majeur :


Cornet Chop Suey en Mi bémol majeur :


On sait que la vitesse de rotation du disque influe sur la tonalité des morceaux, alors si la vitesse de 78 t/mn est respectée, pourquoi éprouver le besoin de publier deux versions de cet enregistrement ?
 
Un génial blogueur anglais, Norman Field (son blog) a mené une impressionnante enquête  à ce sujet. Musicien, technicien, touche à tout sympathique, il analyse le processus qui a conduit à ces deux versions, et  démontre pourquoi Cornet Chop Suey  en Fa majeur est la bonne version.
Je ne détaillerai pas toute son argumentation, mais je résumerai  ainsi :
Cornet Chop Suey  a été enregistré le même jour  que d’autres morceaux (et quels morceaux !) : Heebies-Jeebies, Georgia Grind, Oriental Strut, You’re Next, Muskrat Ramble.
A juste titre Norman Field postule que le piano des studios OKeh était de qualité et correctement accordé. Avec les techniques actuelles il détermine la tonalité des différents morceaux en se basant sur le piano. Il constate que cette tonalité est imprécise, et qu’il faut faire une correction de vitesse de rotation pour obtenir  la bonne tonalité. En effet les disques OKeh étaient enregistrés à une vitesse théorique de 80 t/mn, mais leur vitesse réelle déterminée par Norman Field était de 82,2 t/mn, en tout cas pour cette session !
Si l’on rétabli cette vitesse de rotation pour Cornet Chop Suey on obtient bien la tonalité de Fa majeur !
Mais alors, encore une fois, pourquoi deux versions ?
A la fin des années 1920 Columbia racheta le fonds OKeh qui avait fait faillite. Elle rebaptisa cette marque en American Record Corporation. La demande était forte pour les Hot Five et Columbia, devenu CBS en 1938 mais conservant le label Columbia, a réédité nombre de ces morceaux en se servant des matrices originales. Mais pour Cornet Chop Suey  la compagnie se servit d’une autre réédition réalisée quelques années auparavant par l’American Record Corporation (ARC P21296) issue de OKeh. Et cette réédition présente des variations de vitesse importantes par rapport à l’original, de nature à semer le doute sur la véritable tonalité du morceau.
Le pire c’est que cette réédition Columbia a servi de base à de nombreuses autres rééditions par la suite pendant des années, y compris pour les LP et CD. Ecoutons cette version issue d'une réédition CBS 460821 2 de 1988. C'est celle du LP VSOP également. Elle se situe de mon point de vue entre les deux, mais plus proche de la version en Mi b.
 
Cornet chop Suey couramment rééditée depuis 80 ans !

Compte tenu de la diffusion de cet enregistrement, on comprend le souci des compilateurs d'incorporer aussi la version en Mi b dans la réédition Columbia qui nous intéresse, pour certains la vrai tonalité.
En conclusion je dirai que tout plaide pour la version en Fa majeur. Quand on écoute la version Mi b après celle en FA majeur, on la trouve anémiée, dévitaminée. Au contraire celle en Fa est flamboyante, elle respire la vitalité d’un jeune homme de 26 ans au cœur gros comme ça qui donne au jazz ses lettres de noblesses.
 
Bravo à Norman Field pour son travail remarquable, mais finalement si on écoute la musique avec son cœur plutôt qu’avec sa tête (comme disait Ray Nance), il n’y a qu’une seule version. Mais c’est peut-être facile à dire quand on sait.

(1) The Complete Five and Hot Seven Recordings Columbia ‎– C4K63527000 de 2000, elle-même rééditée en 2008 en Columbia ‎– 88697301272, la jaquette de ce coffret illustre cet article.
Adresse du blog  de Norman Field : http://normanfield.com/index.php/chop-suey/
 
Commentaires : (4)
Thierry
#4
22 janvier 2020 13:20
Excellent. Merci beaucoup.
andy
#3
13 janvier 2020 7:26
L'article est très intéressant , a chacun de compléter le sujet si besoin
Bien Cordialement
Andy
Gabriel
#2
10 janvier 2020 9:16
Une ou deux partitions sont disponibles sur internet, si vous souhaitez en savoir plus.
mich
#1
09 janvier 2020 19:25
pourquoi vous ne joignez pas systématiquement la partoche integrale de chaque version ecoutee
qu on puisse vraiment bien comparer les deux note par note… ce ne serait pas du luxe
et surtout tres interressant. merci
Laisser un commentaire
* Nom
* Email (Ne sera pas publié)
*
Simple catpcha image * Entrer le code de vérification
* - Champs obligatoires
© jazz, blues and blog 2019